Homélie, 13-05-2018

13.D - B - 7EME DIMANCHE DE PAQUES -ASCENSION - G, C, P de l’Ascension (I ou II) -1e lecture : Ac. 1, 15-17.20- 26 ; Ps 102 (103), 1-2. 11-12. 19-20ab ; 2e lecture:1Jn. 4, 11-16 ; Évangile:Jn 17, 11b – 19.

Homélie donnée par Abbé Casimir RUZINDAZA , prêtre de Byumba

1e Lecture : Ac. 1, 15-17.20- 26
15 En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères
qui étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes
et il déclara :
16« Frères, il fallait que l’Ecriture s’accomplisse :
En effet, par la bouche de David,
l’Esprit Saint avait d’avance parlé de Judas,
qui en est venu à servir de guide
aux gens qui ont arrêté Jésus :
17ce Judas était l’un de nous
et avait reçu sa part de notre ministère.
20 Il est écrit au livre des Psaumes :
Qu’un autre prenne sa charge.
21 Or, il y a des hommes qui nous ont accompagnés
durant tout le temps où le Seigneur Jésus
a vécu parmi nous,
22 depuis le commencement, lors du baptême donné par Jean,
jusqu’au jour où il fut enlevé d’auprès de nous.
Il faut donc que l’un d’entre eux devienne, avec nous,
témoin de sa résurrection. »
23On en présenta deux :
Joseph appelé Barsabbas, puis surnommé Justus, et Matthias.
24 Ensuite, on fit cette prière :
« Toi, Seigneur, qui connais tous les coeurs,
désigne lequel des deux tu as choisi
25 pour qu’il prenne, dans le ministère apostolique,
la place que Judas a désertée
en allant à la place qui est désormais la sienne. »
26 On tira au sort entre eux, et le sort tomba sur Matthias,
qui fut donc associé par suffrage aux onze Apôtres.

Ps 102 (103), 1-2. 11-12. 19-20ab
1Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
2 Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !
11 Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint :
12 aussi loin qu’est l’Orient de l’Occident,
il met loin de nous nos péchés.
19 Le SEIGNEUR a son trône dans les cieux :
sa royauté s’étend sur l’univers.
20 Messagers du SEIGNEUR, bénissez-le,
invincibles porteurs de ses ordres !

2e Lecture : 1Jn. 4, 11-16
11 Bien-aimés,
puisque Dieu nous a tellement aimés,
nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.
12 Dieu, personne ne l’a jamais vu.
Mais si nous nous aimons les uns les autres,
Dieu demeure en nous,
et, en nous, son amour atteint la perfection.
13 Voici comment nous reconnaissons
que nous demeurons en lui,
et lui en nous :
il nous a donné part à son Esprit.
14 Quant à nous, nous avons vu,
et nous attestons
que le Père a envoyé son Fils
comme Sauveur du monde.
15 Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu,
Dieu demeure en lui,
et lui en Dieu.
16Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous,
et nous y avons cru.
Dieu est Amour :
qui demeure dans l’amour
demeure en Dieu,
et Dieu demeure en lui.

Evangile : Jn 17, 11b – 19
En ce temps-là,
les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
11 « Père saint,
garde mes disciples unis dans ton nom
le nom que tu m’as donné,
pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
12 Quand j’étais avec eux,
je les gardais unis dans ton nom,
le nom que tu m’as donné.
J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu,
sauf celui qui s’en va à sa perte
de sorte que l’Ecriture soit accomplie.
13 Et maintenant que je viens à toi,
je parle ainsi, dans le monde,
pour qu’ils aient en eux ma joie,
et qu’ils en soient comblés.
14 Moi, je leur ai donné ta parole,
et le monde les a pris en haine
parce qu’ils n’appartiennent pas au monde,
de même que moi je n’appartiens pas au monde.
15Je ne prie pas pour que tu les retires du monde,
mais pour que tu les gardes du Mauvais.
16Ils n’appartiennent pas au monde,
de même que moi, je n’appartiens pas au monde.
17 Sanctifie-les dans la vérité :
ta parole est vérité.
18 De même que tu m’as envoyé dans le monde,
moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.
19 Et pour eux je me sanctifie moi-même,
afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

COMMENTAIRE

La liturgie de ce dimanche nous parle de la mission de l’Eglise. Dans la première lecture, nous nous rendons compte que cette mission a tellement besoin d’une communauté bien organisée : Il fallait remplacer Judas par un témoin de la résurrection de Jésus ; un choix qui ne se fait pas par élection mais par appel à l’Esprit Saint qui désigne Matthias. L’Esprit Saint continue de manifester sa présence dans l’Eglise en éclairant notre route pour faire de nous des hommes et des femmes de foi.

Dans la seconde lecture, Saint Jean nous rappelle une vérité fondamentale pour que notre témoignage soit crédible : Nous devons être en communion avec notre Dieu. Nous savons bien que cette lecture est extraite de la première lettre de Saint Jean ; écrite au moment où beaucoup de sectes semaient la zizanie en proposant des interprétations fausses de Jésus. Cette recommandation de saint Jean, au début de l’Eglise est toujours d’actualité : Notre Eglise a besoin des témoins très unis, car l’évangile ne peut être transmis que par des chrétiens unis par l’amour de Dieu et du prochain. Ainsi, nous serons reconnus comme disciples par nos gestes d’amour, de partage et de solidarité.

Dans le même sens, Saint Jean a écrit l’évangile à la fin du premier siècle quand les chrétiens étaient affrontés à la tourmente. Ils étaient arrêtés et mis à mort à cause de leur foi. De plus, parmi eux il y avait des divisions et des rivalités. Ce genre de contre témoignage était un grand obstacle à l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Pour que l’annonce de la Bonne Nouvelle porte du fruit, c’est très essentiel que les disciples du Christ restent unis. C’est sa principale préoccupation ainsi que l’intention de sa prière au Père au moment de quitter les siens : « Qu’ils soient un comme nous-mêmes ».
Comme chrétiens, notre unité n’est pas question de compromis entre les idées des uns et des autres, c’est plutôt cette capacité de se rassembler autour du Christ et de nous unir à sa prière. Nous devons tout faire pour éviter toutes les rivalités et les disputes car c’est à l’amour que nous aurons les uns pour les autres, que nous serons reconnus comme ses disciples.

Dans sa prière pour ses disciples, Jésus demande également la joie : ‘Qu’ils aient en eux ma joie et qu’ils en soient comblés.’ Jésus parle de la joie de l’amitié partagée, de la foi, de la générosité, et de la joie de l’émerveillement qui nous amène à rendre gloire à Dieu.

Tous les chrétiens baptisés et confirmés ont cette mission d’annoncer Jésus Christ au monde. Mais, Jésus nous avertis : Nous ne sommes pas de ce monde. Le monde de Jésus auquel nous appartenons, c’est celui de l’amour libéré de tous les obstacles. Prions que le Père nous garde et qu’il fasse de nous des messagers de son amour auprès de tous nos frères et sœurs.
Abbé Casimir RUZINDAZA, prêtre de Byumba