Homélie du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire 7 Juillet 2024

14ème Dimanche du Temps Ordinaire 7 Juillet 2024, — Année B 1ère Lecture : Éz 2,2-5 ; Ps : 123(122) 2ème Lecture : 2 Cor 12, 7-10 ; Evangile : Mc 6, 1-6

1ère Lecture

Lecture du livre du prophète Ézékiel

En ces jours-là, l’esprit vint en moi et me fit tenir debout. J’écoutai celui qui me parlait. Il me dit : « Fils d’homme, je t’envoie vers les fils d’Israël, vers une nation rebelle qui s’est révoltée contre moi. Jusqu’à ce jour, eux et leurs pères se sont soulevés contre moi. Les fils ont le visage dur, et le cœur obstiné ; c’est à eux que je t’envoie. Tu leur diras : “Ainsi parle le Seigneur Dieu…” Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas – c’est une engeance de rebelles ! – ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. »

Psaume
Refrain : Nos yeux, levés vers le Seigneur, attendent sa pitié.

Vers toi j’ai les yeux levés,
vers toi qui es au ciel,
comme les yeux de l’esclave
vers la main de son maître. R

Comme les yeux de la servante
vers la main de sa maîtresse,
nos yeux, levés vers le Seigneur notre Dieu,
attendent sa pitié. R

Pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous :
notre âme est rassasiée de mépris.
C’en est trop, nous sommes rassasiés du rire des satisfaits,
du mépris des orgueilleux ! R

2ème Lecture

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, les révélations que j’ai reçues sont tellement extraordinaires que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai reçu dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour empêcher que je me surestime. Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi. Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.

L’évangile de Jésus Christ selon Saint Marc

En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

MEDITATION

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays »
Les lectures d’aujourd’hui présentent Jésus en tant que prophète et expliquent comment les prophètes et autres messagers de Dieu souffrent inévitablement du rejet. Les lectures nous mettent au défi d’affronter le rejet et les difficultés avec un courage prophétique.
La première lecture, tirée du livre du prophète Ézéchiel, nous parle de son appel de Dieu à être prophète. Yahvé avertit Ézéchiel qu’il est envoyé vers les Israélites obstinés et rebelles en exil à Babylone. Par conséquent, en tant que prophète de Dieu, il devra faire face au rejet et à la persécution pour avoir transmis le message de Dieu. Cette lecture nous avertit qu’en tant que chrétiens qui acceptent le chemin de Jésus et cherchent à le suivre, nous pouvons nous aussi faire face à l’indifférence, à l’hostilité, au mépris, à la faiblesse, aux difficultés, à la persécution, aux insultes et au rejet. Dans la deuxième lecture, Paul admet franchement le fait qu’il a appris par essais et erreurs qu’il ne peut pas prêcher l’Évangile sur la base de sa propre force et de son talent. Au contraire, plus il devenait faible, plus il laissait de la place à l’Esprit de Dieu pour agir à travers lui. Au milieu d’un conflit avec la communauté chrétienne corinthienne, Paul révèle deux de ses expériences spirituelles les plus profondes. Dans l’un d’entre eux, il eut une théophanie extatique lorsqu’il reçut une révélation exceptionnelle. Dans l’autre, il priait avec ferveur pour que soit éliminée la difficulté physique non identifiée qui lui causait de grandes souffrances. Au contraire, il reçut l’assurance que la grâce de Dieu serait suffisante pour répondre à tous ses besoins. Les opposants de Paul au sein de la communauté corinthienne présumaient qu’un apôtre authentique serait justifié par une visite céleste et une guérison miraculeuse. Au lieu de cela, Paul a découvert une valeur positive dans sa douleur. Il a compris que la souffrance, acceptée comme un don de Dieu, produit de la patience, de la sensibilité, de la compassion et une véritable appréciation des bénédictions de la vie. Par conséquent, Paul déclare que les faiblesses qui continuent de marquer sa vie d’apôtre représentent l’efficacité de la puissance du Christ crucifié dans le ministère de Paul. Paul se contentait de faiblesses et d’épreuves pour l’amour de Christ ; nous aussi, nous découvrirons, dans notre abandon à l’amour de Dieu, que sa grâce suffit à tous nos besoins. Car la puissance du Christ habite en nous dans notre faiblesse, et c’est dans la faiblesse que nous sommes vraiment forts.
Le passage de l’Évangile d’aujourd’hui, nous montre que de nombreuses personnes de Nazareth, la ville natale de Jésus, n’ont pas accepté Jésus comme prophète parce qu’ils pensaient qu’ils « connaissaient » trop bien Jésus et sa famille. Ils connaissaient Jésus comme un charpentier sans aucune formation en Loi mosaïque et savaient que ce « fils du charpentier » ne pouvait pas être le Messie promis qui viendrait de Bethléem en tant que descendant de la famille royale de David. Il était naturel que Jésus visite sa ville natale, Nazareth, au jour du sabbat. Le chef de la synagogue l’invita à prendre la parole. Comme l’avaient fait d’autres prophètes fidèles d’Israël, Jésus a également tenu les gens pour responsables de leur égoïsme, de leur infidélité envers Dieu, de leur manque de justice et de miséricorde (Mi 6 : 6-8) et de leur péché.
La première réaction des gens dans la synagogue aux paroles de Jésus a été l’étonnement. Luc dit qu’ils étaient « étonnés des paroles gracieuses qui sortaient de ses lèvres ». Mais Mark raconte qu’ils se sont demandé : « D’où cet homme a-t-il obtenu tout cela ? Ils ne le connaissaient que comme charpentier issu d’une famille pauvre, sans formation formelle en loi mosaïque. Certes, ils pensaient que Jésus était allé bien au-delà de la place appropriée d’un humble charpentier. Les voisins de Jésus ne s’attendaient pas à ce que ce « fils de charpentier » soit habile à interpréter les Écritures. Ils ne pouvaient pas non plus comprendre comment un simple charpentier pouvait être leur Messie politique, puissant et riche, qui les libérerait de la domination romaine et rétablirait le royaume davidique de puissance et de gloire. Les citadins locaux se sont également opposés à la lignée « sans distinction » de Jésus, identifiant Jésus comme « le fils de Marie » (v. 3) plutôt que par le titre traditionnel de « fils de Joseph ». Une telle référence pourrait être considérée comme une insulte, car les hommes de cette culture étaient identifiés par l’identité de leur père (voir Jn 1, 45). Jésus répondit : « Aucun prophète n’est accepté dans son pays natal. » Ceux qui acceptent l’appel de Dieu et cherchent à le suivre seront confrontés à l’indifférence, à l’hostilité, au mépris, au mépris, à la faiblesse, aux difficultés, à la persécution, aux insultes et au rejet.
Ce qu’on peut retenir : nous devons nous préparer à affronter le rejet avec un courage prophétique et un optimisme. L’histoire du rejet de Jésus par les habitants de Nazareth est une histoire à laquelle nous pouvons nous identifier car c’est une histoire qui est arrivée à la plupart d’entre nous. Nous avons peut-être éprouvé la douleur du rejet causé par des blessures, une trahison, un divorce, un abandon, une confiance violée, un traumatisme, une négligence ou des abus sous ses diverses formes.
Nous devons gérer le rejet dans le bon esprit : i) avec respect – respect de nous-mêmes et respect des autres. Notre première réaction face au rejet est souvent la colère – la colère contre nous-mêmes parce que nous pensons mériter ce que nous avons obtenu et l’amertume envers les autres qui perpétuent le rejet. Face au rejet, il serait sage de suivre le conseil de saint Paul qui disait : « Soyez en colère et ne péchez pas. Ne laissez pas le soleil se coucher sur votre colère. ii) en évitant les hypothèses autodestructrices. Un rejet ne doit pas nécessairement constituer une mise en accusation contre la vie d’une personne. Le rejet n’est pas synonyme d’échec continu. iii) en évitant d’amplifier le rejet. Le rejet ne doit pas nécessairement être une prévision de notre avenir, ni devenir une prophétie auto-réalisatrice. Le rejet dans le passé ne présage pas nécessairement du rejet dans le futur. iv) en évitant de laisser le rejet faire dérailler nos rêves et plutôt choisir de persister à suivre la Voie de Dieu, en faisant Sa Volonté. v) Enfin nous devons apprendre de nos rejets. Nous ne sommes pas parfaits et nous n’y parvenons pas toujours, mais nous devons continuer à revenir jusqu’à ce que nous y parvenions. Chaque rejet peut être une leçon si nous restons ouverts à de nouvelles possibilités et de nouvelles opportunités.
3) Nous devons avoir le courage prophétique de nos convictions. Par notre baptême, Dieu nous appelle à être des prophètes comme Jésus, partageant la mission prophétique de Jésus. La tâche d’un prophète est de dire la vérité de Dieu. Nous ne devons jamais avoir peur de cet appel. Nous devons également compter sur Jésus pour nous donner le courage de nous opposer aux nombreux maux de notre société.
4) Nous devons « dire la Vérité du Christ avec amour », sans jamais être hypocrites ou irrespectueux. Nous ne devons jamais rester silencieux face au mal, de peur d’être considérés comme « politiquement incorrects ».

Bon dimanche !

Abbé Paulin HABIMANA du Diocèse de Cyangugu